Thibaut Lefevere et Thomas Bulcke (Free Dom), 18e aux Sables

Thibaut Lefevere et Thomas Bulcke ont franchi la ligne d’arrivée de la 8e édition de la Les Sables – Horta – Les Sables en 18e position, ce lundi 12 juillet à 7h 35min 15s (heure de Paris). Le duo de Free Dom a ainsi mis 14 jours 18 heures 35 minutes et 15 secondes pour boucler les 2 540 milles du parcours entre les Açores et la Vendée. Son écart au premier est de 3 jours 20 heures et 15 minutes. Son écart au précédent est de 17 minutes et 18 secondes.

Thibaut Lefevere et Thomas Bulcke

« Nous qui sommes des amateurs, nous finissons 18e, collés à des professionnels. Nous sommes donc super contents. Contents aussi de nos réactions sur l’eau. On a cassé une drisse de spi sans se mettre en danger, on a continué à relancer le bateau sans cesse, on a appris plein de choses sur la météo, on a passé des fronts au portant, au près… On a eu de nombreux déclics et on a trouvé tout ce qu’on était venu chercher, que ce soit en lien avec notre duo ou avec la prise en main du bateau. On a aussi pris le goût de la course au large. A présent, on n’a plus qu’à monter en puissance et à mettre tout ça en application. On a été agréablement surpris de la vie à bord. On a trouvé du plaisir. A chaque moment, on s’est bien marré. Le fait de découvrir des choses qu’on avait seulement vu en théorie et de les appliquer sur l’eau, ça a été super intéressant et ça, c’est vraiment génial. On a géré tous les pépins nous-mêmes. Pour tout ce qu’on a cassé, on a réussi à trouver des solutions pour réparer et repartir. Jamais on n’a levé le pied. Dès qu’un problème était réglé, on relevait les voiles pour attaquer tout de suite. On a toujours été dans un état d’esprit conquérant. Que du bonheur en somme ! Il a seulement manqué l’arrêt aux Açores. Il va falloir que j’aille voir Charles-Louis et Andrea, ceux qui ont pris une côte de bœuf et une bière à Horta, et qui sont finalement passés devant nous ! Au final, c’est presque ça le plus dur ! (Rires) Il y a neuf ans, on était parti aux Açores. Retrouver ces îles incroyables, ça nous a rappelé énormément de souvenirs et du coup, ça a été des moments très forts. L’équipe qui nous a accueilli à la bouée devant l’entrée du port a vraiment été super sympa. On espère revenir dans deux ans, mais on va en parler d’abord à nos femmes, à nos enfants et à nos patrons ! (Rires) »