Nouvelles de bord du 4 juillet

134 LE VOURCH Didier – DELRIEU Olivier – VICITAN II;plan manuard 2014;mach 40

Message d’Olivier Delrieu (Vicitan II)

« Le cunningham a lâché. Didier a mis un brèlage de secours. L’absence de soleil nous oblige à faire des charges moteur régulières et donc à consommer plus de gasoil que prévu. Sinon, tout va bien à bord. »

157 LEFEVERE Thibault – BULCKE Thomas – FREE DOM

Message de Thibaut Lefevere (Free Dom)

« C’est l’anniversaire de ma femme, aujourd’hui… Le près pendant 24 heures, ça tabasse. On est fatigué et trempé. Le repos est très compliqué à trouver dans ces conditions. La nuit a été épuisante. On a hâte d’arriver à Horta. Sinon le bateau va bien. »

153 BERRY Luke – DARAMY Jean Baptiste – LAMOTTE MODULE CREATION

Message de Luke Berry (Lamotte Module Création)

« En approche des Açores. On a bien bossé sur les réglages toute la nuit avec ce vent hyper instable. Avec les Suisses juste à côté, ça motive ! On va profiter d’être sous Horta pour monter dans le mât, (l’aérien de spare se balade depuis hier) et vérifier les lattes de corne. Hâte d’être au portant et sur la route qui nous rapprochera de la maison ! »

65 BOUVET Franz – HENTSCH Patricia

Message de Franz Bouvet (Yoda)

« Toujours au près… Beaucoup de changements de voiles, hier, avec des vents passant de 12 à 25 noeuds, et inversement. On profite du calme entre deux dépressions.
Il manque un sèche linge à bord! »

159 GAUTIER Valentin – KOSTER Simon – BANQUE DU LEMAN

Message de Simon Koster (Banque du Léman)

« Après une journée bien humide dans la dépression hier, c’est bien calme ce matin. On a viré cette nuit, et on fait enfin cap direct sur Horta ! Même si ce n’est pas pour s’y arrêter ça fait quand même plaisir ! On a Luke (Berry) et Jean-Baptiste (Daramy) à l’AIS de temps en temps. C’est cool, ça donne un objectif un peu plus direct que les chiffres et les pos-reports. Là, ça navigue sous FR0 dans 13 à 15 nœuds de vent. En tout cas, on a hâte de pouvoir sortir les spis sur le retour. D’ailleurs, il va falloir que l’on commence à regarder d’un peu plus près comment la manière dont ça va se passer pour rentrer. A bientôt, avec des petites images des îles, et j’espère sous spi ! »

160 MAGRE Olivier – MAGRE Antoine – E LECLERC VILLE LA GRAND

Message d’Antoine Magré (E. Leclerc Ville La Grand)

« Les dernières 48h ont été un peu trop animées à notre goût, mais ça va mieux ! En commençant par le début, jeudi il y avait front. Le passage s’est bien passé, avec le bateau qui filait à 20-23 nœuds sous J2 et 1 ris GV, mais après le front, dans la soirée, le pilote s’est mis à disjoncter complètement, avec plusieurs virements de bord intempestifs. Là, on a cru que c’était fini car sans pilote, l’histoire devenait plus compliquée… On a réussi à identifier le bug par élimination, et bien sûr c’était l’aérien de « spare » qui faisait planter le système. Depuis il est donc débranché, et on navigue au cap vrai et aux penons (et la gite). Ce n’est pas top la nuit, mais ça marche. Dans la journée d’hier, le soleil a permis de sécher un peu les cirés et les marins, mais on s’est fait peur avec le réchaud qui a une fuite de gaz dans son système et qui s’est enflammé complétement. Résultat : des poils brûlés sur les mains d’Olivier, mais rien de grave. Par contre, maintenant, on va manger froid jusqu’à l’arrivée (le 9 peut être ?). Aujourd’hui au menu : un passage de front dans quelques heures, puis un virement de bord direction Horta, en fin d’aprèm. »

101 SUZUKI Masa – BEAUGE Anne – MILAI

Message d’Anne Beaugé (Milaï)

« Tout va bien à bord du 101. On est un peu rincés par la journée d’hier, et un peu handicapés par les ballasts que l’on préfère garder plein, même quand ça mollit pas mal, histoire de ne pas perdre en remplissages perpétuels. Allez, c’est presque tout droit maintenant !« 

162 TREHIN Axel – DENIS Frederic – PROJECT RESCUE OCEAN

Message d’Axel Trehin (Project Rescue Ocean)

« Qu’est-ce que c’est cruel de passer au milieu des îles sans les apercevoir et de contourner une bouée suffisamment près de la jetée pour distinguer nettement le confort des hôtels et restaurants (ainsi que l’ivresse des comptoirs) qui nous tend les bras, sans s’arrêter pour en profiter ! On a eu le droit à un beau panel d’effets de site entre l’effet Centuri qui canalise entre São Jorge et Pico, le vent qui adonne grave au passage de la pointe nord de Faial, puis une grosse molle avant de toucher du vent catabatique d’est qui redescend de Pico, à nouveau grosse molle et de l’ouest sud-ouest dans la baie de Faial… avant de tout se refaire dans l’autre sens ! Heureusement qu’on a été épargnés par les tampons au vent de Graciosa et São Jorge ! Autant vous dire qu’on aura bien mérité nos siestes à venir ! On a pu voir revenir les gars de Redman quand on bataillait dans la molle. Après, eux aussi sont confrontés aux mêmes transitions. On fera les comptes demain en milieu de journée, quand on sera tous en « route libre » vers les Sables.  À propos de nos duellistes, on a pu lire avec étonnement qu’ils se sentaient obligés de prendre des risques pour suivre le rythme… déjà, on est désolés pour eux, mais rien ne les oblige à nous coller aux basques ! Ensuite et surtout, ça nous aide à prendre encore plus conscience des qualités de notre bateau au moment de passer dans la mer formée : de notre côté pas un seul instant on ne s’est senti prendre des risques pour le matériel ou n’avons ressenti une quelconque appréhension, et surtout pas au point de craindre de voir le bateau se disloquer ! On tient à les rassurer, pour nous aussi la préservation du matériel est au cœur de notre stratégie puisque pour performer il faut pouvoir compter sur le plein potentiel de nos machines. À ce propos, la nôtre est dans un état impeccable avant d’attaquer le retour vers les Sables. Nos réguliers checks rigoureux durant l’aller vers les Açores confirment que tout va bien à bord de Project Rescue Ocean !« 

161 CARPENTIER Antoine – MERGUI Mickael – REDMAN

Message d’Antoine Carpentier (Redman)

« On a essayé de limiter la casse vis-à-vis d’Axel et Fred, mais le près n’est définitivement pas à notre avantage, par contre, dès qu’on ouvre un peu les écoutes, ça va mieux … on arrive à mi-parcours, et le retour risque d’aller beaucoup plus vite … On a hâte d’envoyer le spi, de naviguer un peu moins gité, et surtout d’aller dans le même sens que les vagues. On s’est bien fait secouer pendant les trois derniers jours … Place aux glissades et au confort ! On est reposés et remontés comme des coucous prêts à en découdre sur des allures plus favorables à notre plan Manuard, le beau Redman, qui n’aura pas démérité. Solide le gaillard. On pensait avoir résolu nos problèmes de fuite, mais ce n’est pas encore complètement sec … Voilà, je ne vais pas m’attarder, Mikaël se repose et comme on navigue près des côtes, il faut faire une veille plus permanente qu’au large.